Au plus profond de SteligenceđŸ…«

Les ingénieurs et les architectes parlent de la valeur de la science basée sur les données dans le milieu bùti

Texte : Ian VanDuzer

Photographie : Sandra Mulder & MTE Consultants Inc.

Jump to specs

Un mardi matin Ă  la ConfĂ©rence canadienne de l'acier, la plupart des participants Ă  la table ronde finissaient leur cafĂ© obtenu au buffet de l'hĂŽtel. La session, intitulĂ©e Étude de cas sur un bĂątiment de 12 Ă©tages en acier formĂ© Ă  froid (CFS), occupait la plus grande salle de la confĂ©rence, pouvant accueillir 240 personnes. Et c'Ă©tait prĂšs d'une salle comble.

La table ronde n'Ă©tait que l'une des nombreuses façons utilisĂ©es par ArcelorMittal pour promouvoir ses Ă©tudes SteligenceđŸ…« en AmĂ©rique du Nord. En tant qu’initiative mondiale qui prend de l’ampleur au Canada et aux États-Unis, SteligenceđŸ…« cherche Ă  combler une lacune nĂ©cessaire dans l’industrie de la construction, lacune qui, si l’on Ă©coute les experts, se fait cruellement sentir.

« Dans certains secteurs de l'industrie de la construction, il n'y a pas de transparence quant aux avantages des matĂ©riaux », explique Willems Ransom, architecte principal chez mcCallumSather et l'un des experts de la table ronde de la ConfĂ©rence canadienne de l'acier. « Et c'est le rĂŽle que SteligenceđŸ…« cherche Ă  remplir. »

Alors que la table ronde Ă©tait apparemment consacrĂ©e Ă  cette Ă©tude de cas particuliĂšre, examinant l'impact de diffĂ©rents matĂ©riaux sur l'empreinte carbone, sur le coĂ»t et sur le temps de construction d'un immeuble d'appartements de 12 Ă©tages, et que la matinĂ©e avançait, les experts ne cachaient pas leur enthousiasme pour le projet SteligenceđŸ…«.

Willems Ransom - mcCallumSather
Willems Ransom, BFA, M. ARCH., NCARB, AIA | Directeur, architecte | McCallumSather

Du pareil au mĂȘme

Les fervents lecteurs de Construction mĂ©tallique connaissent bien SteligenceđŸ…« : de nombreuses Ă©tudes prĂ©cĂ©dentes sur SteligenceđŸ…« ont Ă©tĂ© prĂ©sentĂ©es sous forme d'articles ici. Cependant, l'importance et la pertinence de SteligenceđŸ…« vont au-delĂ  d'une seule Ă©tude ou table ronde.

SteligenceđŸ…« a Ă©tĂ© lancĂ© par ArcelorMittal en Europe, mais comme la localisation est un Ă©lĂ©ment crucial des Ă©tudes, le producteur d'acier a crĂ©Ă© une version nord-amĂ©ricaine du programme en 2017. Depuis, l'initiative nord-amĂ©ricaine SteligenceđŸ…« a publiĂ© sept Ă©tudes de cas officielles, une huitiĂšme devant sortir dĂ©but 2024. Selon Michael Stiller, qui dirige la version nord-amĂ©ricaine du programme, ArcelorMittal a investi plus d'un million de dollars dans le programme SteligenceđŸ…« ici au Canada et aux États-Unis.

Bien que SteligenceđŸ…« existe pour promouvoir l'emploi de l'acier dans la construction, les Ă©tudes sont conçues de façon objective pour examiner les avantages des diffĂ©rents matĂ©riaux. « Nous travaillons dur pour que tout soit transparent », explique Stiller. « Parfois, nous obtenons des rĂ©sultats qui ne favorisent pas l’acier, ou qui ne le favorisent pas autant. Mais ces donnĂ©es sont tout aussi importantes. »

« L'important est de crĂ©er des Ă©tudes qui peuvent ĂȘtre utilisĂ©es et ĂȘtre fiables Ă  la fois dans leur impartialitĂ©. »

Michael Stiller
Michael Stiller | Directeur, Produits de construction et de fabrication | ArcelorMittal | Global Research and Development

« C'est une excellente initiative, déclare Brant Oldershaw, directeur de la division Sud-Ouest de l'Ontario de WSP Canada Inc. Et c'est vraiment intéressant de voir les résultats de ces études. »

ArcelorMittal identifie un type de bĂątiment, par exemple un complexe d'appartements de 12 Ă©tages, et engage diverses sociĂ©tĂ©s de conception pour concevoir le mĂȘme bĂątiment en utilisant diffĂ©rents matĂ©riaux (principalement de l'acier, du bĂ©ton et du bois). Ces conceptions sont ensuite transmises Ă  une Ă©quipe de consultants, de scientifiques et d’entrepreneurs, qui comparent les conceptions les unes aux autres.

En utilisant le mĂȘme bĂątiment et la mĂȘme conception de base, mais avec des matĂ©riaux diffĂ©rents, la science provenant des Ă©tudes SteligenceđŸ…« illustre la diffĂ©rence en termes de performances, d'Ă©conomies et d'impact environnemental entre les matĂ©riaux de construction concurrents d'une maniĂšre qui n'est absolument pas possible dans le monde rĂ©el.

« Nous ne pouvons pas comparer des choses semblables, explique Oldershaw. Chaque bĂątiment est diffĂ©rent, n'est-ce pas ? Vous ne concevez pas et ne construisez pas trois bĂątiments cĂŽte Ă  cĂŽte avec des matĂ©riaux diffĂ©rents. Ces Ă©tudes nous permettent donc rĂ©ellement d’en apprendre davantage sur ces diffĂ©rentes applications de ces matĂ©riaux. »

Lorsqu'on lui a demandĂ© des exemples, Ransom a soulignĂ© la croyance rĂ©pandue selon laquelle le bois est le matĂ©riau le plus « vert » pour construire. « Dans certains cas, c’est vrai, dit-il. Mais, selon l'endroit oĂč vous construisez rĂ©ellement, l'acier peut avoir une empreinte carbone plus faible et un coĂ»t infĂ©rieur. » MĂȘme lĂ  oĂč le bois continue de gagner, les nouvelles technologies d'usinage et l'accent mis davantage sur l'acier recyclĂ© signifient que la diffĂ©rence n'est pas aussi grande qu'on le suppose habituellement.

« Nous restons coincés dans nos rÚgles empiriques, déclare Ransom. Mais ces hypothÚses ne sont plus aussi valables qu'auparavant. »

Brant Oldershaw
Brant Oldershaw, M.A.Sc, P.Eng. | Directeur, Sud-ouest de l'Ontario | Génie structurel, mécanique et électrique | WSP

Atteindre les cibles vertes

Pour Raymond Van Groll, dernier expert en tant que directeur des structures de bĂątiments chez MTE Consultants Inc., c'est la vraie valeur de SteligenceđŸ…«. « Soudain, le monde entier a pris conscience du zĂ©ro carbone, dit-il. Du coup, en tant qu’architectes et concepteurs, nous avons dĂ» prendre au sĂ©rieux l’empreinte carbone de nos projets, car les normes Ă©voluent. »

« Étant un professionnel en conception, j’ai besoin des outils nĂ©cessaires pour concevoir Net zĂ©ro. »

SteligenceđŸ…« examine de nombreux facteurs outre l'empreinte carbone, mais l'impact d'un bĂątiment sur l'environnement est un facteur de plus en plus important pour les concepteurs. En effet, les organismes de rĂ©glementation crĂ©ent des directives de plus en plus strictes en matiĂšre d’émissions de carbone, ce qui a perturbĂ© le secteur de la construction.

« Le coĂ»t est un facteur (c’est toujours un facteur), mais maintenant je pense que nous concevons aussi de plus en plus d’élĂ©ments pour ĂȘtre Net zĂ©ro, dit Van Groll, en soulignant les rĂ©glementations en vigueur dans des villes comme Vancouver. Maintenant, je travaille sur de vrais bĂątiments et les clients me demandent de leur montrer comment nous atteignons ces objectifs en matiĂšre de carbone. Et je n’ai plus toujours besoin de rĂ©inventer la roue. Je consulte une Ă©tude SteligenceđŸ…« et je peux dire “Voyez, voici un type de bĂątiment similaire, et voici les rĂ©sultats ; donc, nous devrions faire ceci ou cela ” ».

« En fin de compte, cela me fait gagner du temps et cela permet à tout le monde de gagner de l'argent. »

« Vous pouvez commencer à voir des tendances, reconnaßt Oldershaw. Vous pouvez utiliser le raisonnement des études pour déduire à quoi ressemblera votre prochain bùtiment. Il y aura bien sûr des différences, mais vous pouvez entrevoir le reste. »

MĂȘme si les fabricants se ruent pour publier des Ă©tudes et des articles sur leurs propres matĂ©riaux, ces Ă©tudes sont prĂ©sentĂ©es dans le vide, affirment nos trois experts. « Vous ne pouvez pas vraiment connaĂźtre les avantages ou les valeurs rĂ©els qu'un produit aura sur l'empreinte carbone d'un bĂątiment tant qu’il n’est pas mis dans son contexte, explique Ransom, dont la sociĂ©tĂ© mcCallumSather met toujours l'accent sur la durabilitĂ© dans ses conceptions. Autant que je sache, seul SteligenceđŸ…« rĂ©alise de telles Ă©tudes. »

Raymond Van Groll
Raymond Van Groll, M.Sc (ing.), P.Eng. | Directeur, Structures du bĂątiment | MTE Consultants Inc.

Comprendre l'ensemble du bĂątiment

Plus que les matĂ©riaux eux-mĂȘmes, c’est l’application de ces matĂ©riaux que les Ă©tudes SteligenceđŸ…« cherchent Ă  analyser. « L'un des grands dĂ©fis en matiĂšre de conception et de construction est la mauvaise utilisation des matĂ©riaux, explique Ransom. Nous pouvons utiliser d’excellents produits, mais parfois nous les mettons au mauvais endroit ou ne les utilisons pas de la bonne maniĂšre. SteligenceđŸ…« n'est pas une question d'acier. Je veux dire, Ă  certains Ă©gards, c’est le cas, mais en rĂ©alitĂ©, il s’agit d’apprendre les bonnes leçons et de savoir comment tout s’emboĂźte. »

« ConsidĂ©rez le bĂ©ton, dit Van Groll en se penchant en avant. Oui, vous avez le carbone dans le matĂ©riau. Mais oĂč est fabriquĂ© le bĂ©ton ? Jusqu’oĂč faut-il aller pour accĂ©der Ă  votre site ? Tout cela a un impact sur l’empreinte carbone, n’est-ce pas ? C’est ce que SteligenceđŸ…« a vraiment rĂ©ussi Ă  Ă©tudier, et pourquoi il est vraiment inestimable. »

Cela ne veut pas dire que SteligenceđŸ…« est parfait. Il existe certaines choses que les Ă©tudes ne parviennent pas Ă  trouver, et l’exigence selon laquelle chaque bĂątiment doit rĂ©pondre aux mĂȘmes exigences pratiques empĂȘche les architectes et les ingĂ©nieurs de vĂ©ritablement optimiser leurs conceptions. « Proposer un ensemble qui ne privilĂ©gie pas un matĂ©riau par rapport Ă  un autre est un vĂ©ritable dĂ©fi », dĂ©clare Ransom (avant de se lancer dans une tirade contre les balcons).

Et il existe clairement des moyens pour que le programme SteligenceđŸ…« puisse Ă©galement se dĂ©velopper Ă  l'avenir. « De nombreuses Ă©tudes ont portĂ© sur les bĂątiments rĂ©sidentiels, explique Oldershaw. Mais Ă  l’avenir, j’aimerais qu’il y ait une Ă©tude SteligenceđŸ…« sur les bĂątiments de santĂ©. Une telle Ă©tude emploierait gĂ©nĂ©ralement le bĂ©ton, donc je serais curieux de voir quelles en seraient les conclusions. »

« J'aimerais qu'une de ces Ă©tudes soit rĂ©ellement entreprise, ajoute Ransom. Et avoir ensuite un exemple concret, pour voir Ă  quel point les chiffres se comparent. Mais d’ici lĂ , je suis assez satisfait de la façon dont tout cela est rĂ©alisĂ©. »

Exposed Delta beams at 2330 Khalsa Gate Oakville ON
Delta beams at 2330 Khalsa Gate Oakville ON
2330 Khalsa Gate Oakville ON - Amica under construction
Exposed Delta beams at 2330 Khalsa Gate Oakville ON
beams and lightweight framing at 2330 Khalsa Gate Oakville ON
Exposed Delta beams and lightweight framing at 2330 Khalsa Gate Oakville ON

Sur les photos ci-dessus : Amica, Oakville, en construction. Le constructeur Amico a mené une analyse approfondie prouvant qu'il était moins coûteux d'utiliser une charpente Comslab / Delta Beams / LégÚre, plutÎt que du béton coulé sur place conventionnel.

CARACTÉRISTIQUES

PARTICIPANTS À LA TABLE RONDE

Willems Ransom, BFA, M. ARCH., NCARB, AIA | Directeur, architecte | McCallumSather

Brant Oldershaw, M.A.Sc, P.Eng. | Directeur, Sud-ouest de l'Ontario | Génie structurel, mécanique et électrique | WSP

Raymond Van Groll, M.Sc (ing.), P.Eng. | Directeur, Structures du bĂątiment | MTE Consultants Inc.

ANIMATEUR DE LA TABLE RONDE

Michael Stiller | Directeur, Produits de construction et de fabrication | ArcelorMittal | Global Research and Development

PHOTOS:

Photos de Willems Ransom, Michael Stiller et Brant Oldershaw, et du bĂątiment Amica fournies par Sandra Mulder, Banko Creative Studio

Photo de Raymond Van Groll par MTE Consultants Inc.

Les plus Populaires

Voir tout

Acier galvanisé prÅ

L’école Fox Lake de la Nation crie se trouve dans la ville de Gillam, un…

Attestations pour lâ…

C’est la mauvaise nouvelle. En revanche, certains des plus grands product…

LustreLokáŽčᎰ – …

Cette amĂ©lioration offre Ă  nos clients et Ă  nos utilisateurs les avantag…

SteligenceáŽčᎰ: le…

Dans l’étude de cas prĂ©sentĂ©e ici, un immeuble de bureaux de hauteur m…

L’acier AZM150 Gal…

La gare, un bĂątiment en brique et en pierre de deux Ă©tages et demi, est a…

L’acier dans l…

L’acier est le matĂ©riau de choix pour la construction industrielle e…

Les panneaux et les …

Les panneaux muraux en acier prĂ©fabriquĂ©s d’Interbuild, combinĂ©s Ă  un…

UNE STRUCTURE D’AC…

Le Pier 27 est un projet de construction de condos Ă  grande Ă©chelle et Ă …

Construire des perfo…

En aoĂ»t, 5 000 athlĂštes, entraĂźneurs et personnel de soutien se sont ren…

Forme + Fonction…

LE SIÈGE SOCIAL DE STRUCTUBE RÉCEMMENT RÉALISÉ À LAVAL (QUÉBEC)…

RĂ©soudre la crise d…

Les villes sont des moteurs Ă©conomiques. Elles ont les plus grandes concen…

Grande construction …

À la limite sud de l’Alberta, les prairies s’étendent Ă  perte de vue…